Université Nyonsaise du Temps Libre Drôme Provençale et Baronnies 

Maison des Associations Georges-Girard - 29 Draye de Meyne - Nyons - 04 75 26 41 37


MARQUEE - Exemple simple
Les conférences du lundi
Programme du mois de janvier :

LUNDI 11 JANVIER 2021 À 15 h SALLE 11
 
De Sainte-Luce à Sainte-Jalle. (2e partie) Du 15e s av J-C au 15e s ap. J-C : 30 siècles d’histoire 

Par Jean Claude Mège, conservateur du musée archéologique de Nyons

Faisant écho et suite à la conférence de Pierre André sur l'occupation préhistorique du site de Sainte-Luce, Jean-Claude Mège élargit notre vision dans le temps et dans l'espace avec la présentation des diverses périodes historiques de notre histoire régionale au travers des découvertes locales. 
 

LUNDI 18 JANVIER 2021 À 15 h SALLE 11

La physique du XXe siècle : D’Einstein à Higgs : à la recherche de l’incommensurable
Par Robert Gleize, agrégé de physique
 
Ce supposé « dernier volet » de l’histoire de la science inaugurale qu’est la physique, commencée avec Thalès, poursuivie avec Archimède, Copernic, Galilée, Newton, Boltzmann pour ne citer qu’eux, a mis le pied dans le XXe siècle en 1905 avec une épouvantable indiscrétion. En cette année, elle-même inaugurale, le jeune Albert Einstein publie cinq articles qui vont chambouler l’horizon de la physique que l’on croyait tout proche et atteignable. Il fut brutalement repoussé, comme l’est le sommet d’une montagne qui s'éloigne au fur et à mesure de son ascension. 
Mais l’analogie est trop optimiste. Ce siècle, le plus fructueux en termes de questions posées et de réponses proposées, nous a appris que, de fin, il n’en faut pas attendre de sitôt. Le graal, comme l’univers en expansion accélérée, nous échappe plus vite que nous ne progressons. Théories restreinte et générale de la relativité, physique quantique et cosmologie, défient nos capacités cognitives limitées. C’est à une nouvelle leçon de modestie, après celles données par Copernic et Darwin, que je vous invite, et je n’ose plus dire « pour en finir » !  
 
Programme du mois de février :

LUNDI 22 FEVRIER 2021 À 15h SALLE 11

Pierre Savorgnan de Brazza : une vie pour l’Afrique
 
Par Eric Gérome, Écrivain-conférencier-animateur 

« Sa mémoire est pure de sang humain. Il succomba le 14 septembre 1905 au cours d’une dernière mission entreprise pour sauvegarder les droits des indigènes et l’honneur de la nation. » Ainsi s’exprime son ami Charles de Chavannes, en forme d’épitaphe sur sa tombe. Ces propos résument ce que fut Pierre Savorgnan de Brazza, l’explorateur africain, qui aura donné sa vie pour la vérité. 
Il aura jeté les bases de la future AEF (Afrique Équatoriale Française) et notamment par le traité signé le 10 septembre 1880, sur les bords du fleuve Congo, avec le roi des Batéké Tio, près du village nommé N’Couna qui deviendra….. Brazzaville. Elle sera, par la suite, la capitale de l’AEF, de la France libre pendant la seconde guerre mondiale et aujourd’hui celle de la République du Congo. Savorgnan de Brazza y repose pour l’éternité. 

Programme du mois de mars :

LUNDI 8 MARS 2021 À 15 h SALLE 11

Le mythe de l’apocalypse dans la littérature  
Par Danièle Chauvin 
  
Après avoir rapidement défini l’Apocalypse comme texte et comme mythe, nous en explorerons quelques-unes des lectures littéraires les plus marquantes, du XVIe siècle où Agrippa d’Aubigné réinterprète à son aune les guerres de religion, jusqu’à notre époque fertile en romans post apocalyptiques, en passant par les temps révolutionnaires (en France, en Russie plus tard en Amérique latine) où le mythe biblique soutient l’espérance en des « lendemains qui chantent ». Car l’Apocalypse, on l’a oublié si on ne l’a jamais su, promet un monde nouveau après les cataclysmes. Mais ces raisons d’espérer, d’autres penseurs, d’autres poètes (parfois aussi les mêmes) les ont aussi trouvées, à la lumière des visions apocalyptiques, non plus dans l’Histoire du monde, mais dans celle de l’âme ou de l’esprit, dans l’introspection, le rêve, parfois dans la folie. Nous en suivrons quelques exemples, du romantisme allemand à Blake, Nerval ou Hugo, chez Dostoïevski ou Pasternak. 
Nous accompagnerons la conférence de quelques œuvres picturales projetées comme en contrepoint. 

 
LUNDI 22 mars 2021 À 15 h SALLE 11

Un voyage dans l’architecture (2e partie)

Par Yvan Balp, chef de projet en architecture

Du premier béton en 1775, au Bauhaus, à Le Corbusier, jusqu’à l’architecture d’aujourd’hui 
Nous l’avons vu dans la première partie, du 8 au 10 octobre 1871, la ville de Chicago a été détruite par le feu. Il est alors décidé de construire pour la première fois une ville verticale.  
Après avoir visité les œuvres de Gaudi, de Guimard, de Franck Lloyd Wright, d’Auguste Perret, de Walter Gropius, de Le Corbusier, et après la guerre de 1940/1945, nous avons changé de décennies.  
Les générations successives développeront avec les progrès techniques et la capitalisation de l’art de construire, des œuvres devenant de plus en plus audacieuses, avec une prise de conscience ces dernières années, sur l’aspect écologique des constructions. La sociologie aura aussi fait son entrée. 
Cette 2° partie de 1960 à nos jours, vous fera découvrir les œuvres de Tangé, Foster, Saarinen, Kahn, Nouvel, Renaudie, Botta, Ghery, Hadid, Herzog et Meuron, partageant ainsi l’évolution des concepts, le design, les lignes épurées, et un retour vers des matériaux moins sophistiqués que ceux utilisés dans les années 1970. 

LUNDI 29 MARS 2021 À 15 h SALLE 11

Un voyage dans l’architecture : la découverte d’architectures régionales  

Par Yvan Balp, chef de projet en architecture

 
Balade en France, du médiéval au XVIII° siècle 
Né en 1883, décédé en 1978. Albert Laprade s’intéressa très tôt à l’architecture. Sur la demande de Lyautey, il rejoint le Maroc en 1915 pour participer au réaménagement des villes marocaines. 
En 1932 il est nommé inspecteur des Beaux-Arts. Il parcourt la France en dessinant sur ses carnets toutes les architectures anciennes rencontrées au travers des villes et villages. Il y consacrera 10 années de relevés. 
En 1939 il commence à regrouper l’intégralité de ses croquis, ce pendant 25 ans. Il sera aidé de spécialistes et de sa fille pour graver dans la mémoire des Français, ce patrimoine architectural.  
Je vous propose de vous faire découvrir, une partie de cette œuvre, pour celles que la guerre a épargné, en les comparant quand c’est possible, à des photos actuelles.