Université Nyonsaise du Temps Libre Drôme Provençale et Baronnies 

Maison des Associations Georges-Girard - 29 Draye de Meyne - Nyons - 04 75 26 41 37


MARQUEE - Exemple simple
Les conférences du lundi

Ces conférences ont lieu à 15 heures, une ou deux fois par mois dans les locaux de l’UNTL (Maison des Associations – Salle 11 – ascenseur pour accéder au niveau 2).

L’entrée est libre pour les adhérents et une participation de 5 € est demandée aux non-adhérents si des places sont disponibles (s'adresser au secrétariat).   

Programme du mois d'octobre :

Lundi 7 octobre 2019 à 15 h : Les aventures de Histoire du soldat de Stravinsky 

Documentaire de Michel Van Zèle, réalisateur 

En 1918, alors que la première guerre mondiale décime l’Europe, Igor Stravinsky, en exil en Suisse, a fait la connaissance de Charles-Ferdinand Ramuz, écrivain majeur de la Suisse Romande. Ensemble ils décident de monter, avec le chef d’orchestre Ernest Ansermet, « Histoire du Soldat », un théâtre musical itinérant qui va marquer de son empreinte la musique du XXe siècle. 
Par cette œuvre novatrice, ils ont renouvelé le répertoire musical en inventant un spectacle « parlé, joué, dansé » qui fusionne leur mode d’expression, à l’image de ce que déclarait à sa façon Ramuz : « j’étais Russe, le sujet serait russe ; Stravinsky était Vaudois : la musique serait vaudoise. » 
C’est cette alchimie littéraire et musicale que le réalisateur transpose dans ce documentaire, avec la complicité de Charles Dutoit et Michel Tabachnik, chef d’orchestre, d’Alain Rochat critique littéraire, de Freddy Buache fondateur de la Cinémathèque Suisse, ainsi que d’Alex Ollé metteur en scène (fondateur de la Fura dels Baus) qui a conçu en 2018 aux opéras de Lyon et Lausanne une nouvelle interprétation du Mythe de Faust avec cette œuvre exceptionnelle. 
 

Lundi 14 octobre 2019 / 15 h : Un outil de desserte et de désenclavement : le téléphérique 

Par Michel Tinet, géographe retraité, spécialisé dans les transports 

Après l’invention du câble d’acier (1834), les téléphériques, d’abord pour les marchandises puis les personnes, vont petit à petit rendre d’inestimables services à l’économie et aux populations montagnardes, un peu partout en Europe. Ces câbles rendent possibles de multiples usages (bois, bidons de lait, fourrage, vendanges, mais aussi : engins de chantier, matériels, ciment, minerais…) et participent au désenclavement de villages (en Suisse, notamment) avec une souplesse d’adaptation surprenante ! 
Programme du mois de novembre :

Lundi 18 novembre 2019 / 15 h : La démarche scientifique appliquée à l’analyse des cadastres anciens

Par Robert Gleize, professeur de physique
 

Étude du parcellaire du XVIIe siècle d’Arpavon, village des Baronnies provençales, avec l’utilisation d’outils de calcul et de modélisation qui permettent d’aborder la toponymie, la démographie, les mesures agraires, les revenus et l’imposition, les cultures prédominantes et leur localisation, … 
Programme du mois de décembre :

Lundi 2 décembre 2019 / 15 h : Deux siècles de migrations en Europe de l’Ouest.
  
Par Jacques Baroux, anthropologue et sociologue, directeur de recherche au CNRS
 

Les migrations sont une réalité historique de la plupart des pays d’Europe de l’ouest. Cette zone a d’abord été concernée par des départs massifs du début du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe. Cela a permis d’exporter le surcroît de population né de la révolution agricole et industrielle. Dans la seconde moitié du XXe siècle, l’Europe a fait appel à l’immigration pour soutenir son développement. Qu’il s’agisse de départs ou d’arrivées les migrations ont été objectivement bénéfiques pour cette zone. Depuis la fin du XXe siècle, le regard sur les migrations a changé. Il est teinté de pessimisme alors que l’Europe de l’ouest continue à tirer avantage des mobilités. 
 

Lundi 16 décembre 2019 / 15 h : Relire Albert Camus
 
Par Xavier Charmoy
 

À partir d’un classique voyage à travers la biographie et l’œuvre d’Albert Camus, nous essaierons de cerner plus profondément l’unité d‘un homme et son importance toujours actuelle dans ce monde qui paraît de plus en plus « absurde ». 
Que signifie ce concept dans l’œuvre de Camus et peut-il être un point de départ pour une réflexion et une action pour l’avenir ?