Université Nyonsaise du Temps Libre Drôme Provençale et Baronnies 

Maison des Associations Georges-Girard - 29 Draye de Meyne - Nyons - 04 75 26 41 37


MARQUEE - Exemple simple
ECONOMIE

Piketty, la réplique 
Par Lucien De Munter, diplômé en Droit communautaire du Centre Européen Universitaire de Nancy.  

À ce jour, quatre auteurs ont apporté une réplique de niveau scientifique à l’ouvrage de Piketty. L’un d’eux considère les inégalités comme une conséquence de malheurs plutôt que comme une cause ; il prend le contre-pied de l’analyse de Piketty en cherchant les dynamiques qui génèrent des inégalités et il élargit le sujet loin au-delà des critères purement financiers. Pour le deuxième, un constat statistique est une chose, mais la question importante est plutôt de rechercher des remèdes et de voir si nous sommes en mesure de les appliquer. Les deux autres auteurs analysent le système fiscal français pour confronter la réalité de ce système et ses conséquences économiques à la solution de l’impôt annuel sur le capital prônée par Piketty.
 
4 séances d'1h30 d’octobre à novembre le mercredi de 14h30 à 16h.. 30 €. 

Les recommandations de Jean Tirole 
Par Lucien De Munter, diplômé en Droit communautaire du Centre Européen Universitaire de Nancy.  
 
Dans son ouvrage, « Économie du bien commun » paru en mai 2016, Jean Tirole, prix Nobel d’Économie 2014, passe de la recherche à l’application. Il y présente ses recommandations en matière de politique économique pour la France. Ainsi il traite des grands dossiers d’actualité tels que le réchauffement climatique, le chômage, l’euro avec la question grecque, la finance, la politique industrielle, le numérique,… Le point de départ du raisonnement est de rechercher ce qu’est devenue la notion de bien commun dans un monde totalement dominé par l’économie de marché. Fidèle à ses recherches, l’auteur considère que l’économie de marché n’est pas une fin en soi, tout au plus un instrument qui a besoin d’une régulation pour départager les intérêts privés et les intérêts publics. Sans s’arrêter à des idées reçues, ni à l’intuitif ou au contre-intuitif, il prend aussi en compte les effets secondaires de toute mesure ou action. 

6 séances d’1h30 les mercredis de janvier à mars 2017 de 14h30 à 16h. 45 € 

Photo École Polytechnique Université Paris-Saclay